Poussée immobilière post confinement inattendue !

Confinés depuis 8 semaines, acteurs de l’immobilier et consommateurs, nous y avons tous été de nos prévisions et peut être de nos fantasmes :
une crise économique se profilant, les prix de l’immobilier allaient baisser dans les mois à venir.

La vie d’après Covid19 serait-elle encore plus étonnante que prévue?



Étonnamment, depuis 3 semaines, si les rues ne sont pas toujours très fréquentées, c’est la ruée sur les agences immobilières et les petites annonces. Empressement pour l’obtention de visite auprès des vendeurs. Achat sans même visiter, juste sur descriptif.
Les nouveaux biens sur le marché se vendent à la première visite.
Les agents immobiliers ne savent plus ou donner de la tête après des semaines d’inactivité . Est-ce la compensation de la période d’inactivité?

Les professionnels de l’immobilier n’ont jamais connu une telle pression sur la région lyonnaise.
Lors de ces derniers jours, il n’est pas rare que les acquéreurs aient fait des offres d’achat au prix du mandat avant que la visite n’aie pu etre organisée.

Les acquéreurs ont ils été en manque de consommation ? Sont ils en mode panique ? Craignent ils une crise annoncée aussi importante qu’en 1929 ? Frustrés par l’arrêt de leur projet en mars , se sont ils précipités pour compenser le temps perdu ?

Impossible de savoir s’il s’agit d’une phase panique transitoire ou d’un phénomène qui va durer encore quelques semaines, mois.

La pierre rassure, c’est un investissement de confiance pérenne.

Dans les métropoles comme Lyon, la liquidité est toujours à son maximum, avec des ménages plus aisés qu’ailleurs, sur qui la crise n’aura pas eu prise.

Les professionnels optent, à chaud, plutôt sur le fait qu’arrivent sur le marché, en quelques jours, 2 mois de projets accumulés, le printemps avec le rallongement de la durée de jour, étant une période traditionnellement particulièrement faste aux projets immobiliers.

Les grands réseaux immobiliers ne laissent que très peu filtrer cette effervescence, avec des discours très tempérés .

Acheter un bien immobilier reste une valeur sûre, et en pèriode de crise l’acheteur à besoin d’être rassuré avec des certitudes.

Un rééquilibrage des régions et Villes comme Lyon et alentour?

Incontestablement, nombreux sont les urbains qui ont souffert de manque d’espaces intérieurs et extérieurs .
Incontestablement, de nombreux urbains et leurs employeurs ont découverts les vertus du télétravail et sa délocalisation possible.
Comme une impression d’assister à la revanche de la France périphérique et du grand air.

Ce changement brutal va certainement avoir un impact sur la répartition de la population sur le territoire nationnal .
Pourquoi vivre agglutiner autour de quelques grandes agglomérations, dans de petits appartements , quand on peut vivre au vert, en maison , dans d’agréables conditions dans des villes de province ? Du développement du télétravail, la province devrait bénéficier et les prix y monter .

Un rééquilibrage Paris / Province ne serait que plus sain.
Mais pour l’instant, attention aux décisions précipitées !
Vigilance sur l’évolution de l’économie et du marché du travail.

Les investisseurs apprécient la dynamique du marché locatif de Lyon, où la vacance locative est faible, peu importe le quartier.

Une économie fragile et un marché immobilier instable

Nous vivons aujourd’hui dans une économie sous perfusion, dont nous ne savons pas à quelle vitesse elle va repartir . Nous ne comprenons pas non plus comment cet arrêt brutal de l’activité va être financé.
D’où vont sortir les milliards !

Nous vivons dans une société que le gouvernement a protégé, a sécurisé au maximum, durant ces 3 mois .
Les français sont ils conscients que les “charges fixes” d’un pays sur 2/3 mois d’arrêt vont étre très lourdes à absorber ?

Alors que les économistes spéculent depuis plusieurs semaines sur la courbe d’activité économique à venir , la courbe de l’activité immobilière prend des allures de V, mais se transformera t elle en W à la rentrée ?

Rendez vous dans un mois, fin juin, pour reprendre le pouls du secteur !
Trois grands moteurs sont nécessaires pour soutenir le marché durablement: l’emploi, le crédit et la confiance.
Ce nouvel élan est il furtif ou de longue haleine?
En attendant , pas de décisions précipitées, prenons garde à l’effervescence ambiante.


Devenir Propriétaire bailleur, investisseur en immobilier locatif c’est le bon emplacement, acheter au bon prix et penser à la revente, et se faire aider sur la fiscalité optimale.

3 thoughts on “Poussée immobilière post confinement inattendue !

  1. Sabine Almeida
    Sabine Almeida says:

    J’ai lu que pour les attributions de crédit, les demandes repartent mais les taux remontent et pas mal d’emprunteurs essuient des refus.
    Dans le même temps les annonces de vente ne restent que 24h tellement ça part vite.
    Une frénésie irréfléchi ?

    1. Géraldine Arrou

      Bonjour Sabine,
      Effectivement, les annonces partent vite, les acquéreurs se ruent sur les nouveaux biens . Il y a fort à parier que tous les acquéreurs n’auront pas leur financement . Si un appartement vous a échappé, je vous conseille donc fortement de conserver le numéro de téléphone du particulier, ou de l’agence, et de les rappeler 2 fois entre le 30 et 50 jour, apres la parution de l’annonce ( Laissez leur bien votre numéro de téléphone). C’est dans ce délai que le vendeur va etre tenu au courant du refus de financement . C’est à ce moment que l’on peut vous rappeler.
      Concernant la hausse des taux d’intéret, elle est très minime . Cela ne doit pas vous arreter dans votre projet . En revanche, si vous n’avez pas encore vu un logement susceptible de vous aller, je vous conseille d’attendre quelques semaines pour commencer ou reprendre vos visites, pour voir si cette frénésie se calme ou pas . Je vous donnerai le pouls du marché à la fin du mois . Bonne journée

  2. oddp

    Un point de vue qui change des sons de cloche des journalistes et qui me parait sensé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *