Comment la crise économique devient une crise immobilière ?

Nous vivons une crise sanitaire depuis quelques mois avec des effets secondaires futurs, qui semblent aujourd’hui, insoupçonnés. Alors que nous en sommes à nous insurger sur l’idée de devoir renoncer à nos libertés de circuler, à nous demander comment nous pourrons prendre nos congés, cet été, nous ne réalisons pas que le spectre du chômage arrive à grand pas.
La crise économique va-elle devenir crise immobilière?

Voici le second volet consacré aux 2 fondamentaux qui auront un impact sur le prix du marché immobilier :

Comment une crise bancaire engendre une crise immobilière
– Comment la crise économique devient une crise immobilière (cet article)

crise immobilier locatif lyon

Pourquoi une crise économique peut devenir une crise immobilière ?

Une crise était prévue pour cette année, évoquée à Davos et par les analystes, mais le virus du Covid19 a surpris tout le monde.
Les pouvoirs publics sont conscients de l’importance du soutien de l’économie, cependant ils seront obligés de faire des choix.
L’État n’a pas les moyens de soutenir 100 % des entreprises françaises.
Nous devons nous attendre, en dépit des interdictions du gouvernement de licencier, à de nombreux dépôts de bilan, dans les mois à venir, liés à des situations d’entreprises exsangues de trésorerie.
A des fins de contrats, des contrats non renouvelés, des contrats rompus ou devenus impossibles, une production déstabilisée pendant plusieurs mois.
Les dommages collatéraux seront les pertes d’emploi inhérentes à ces dépôts de bilan.
De même certains vont subir une baisse de revenus, de primes, d’intéressement et participation.

Parallèlement, la tendance sociétale étant la montée du travail indépendant par opposition au travail salarié, nous pouvons nous attendre après des mois de difficultés, à ce que nos futurs chômeurs envisagent une évolution vers un travail sous forme de prestataire de service.
Parce que les Entreprises vont leur imposer ce contrat de travail flexible.
Nos futurs chômeurs deviendront de plein gré ou non, de nouveaux entrepreneurs pour les métiers où c’est envisageable.

Le temps de création et d’assise d’une activité professionnelle de service viable se situe entre 3 ans et 5 ans.  Il faut s’attendre à ce que cette tranche des actifs soient exclus du marché immobilier tant que leur situation professionnelle n’est pas stabilisée du point de vue du banquier.
Les banques ont encore du mal à intégrer les contrats courts et les freelance pour leur accorder des prêts.
D’où un manque de dynamisme prévisible sur le marché immobilier dans les années à venir le temps d’une adaptation ou d’une directive Etatique.

A moins , que ne se développent de nouveaux moyens de financer des opérations immobilières, avec des partenaires , qui sauraient prendre un peu plus de risque que les banques françaises actuellement.
Une disruption de l’emprunt aura-elle lieu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *